share on:

Le certificat énergétique pour les appartements indique l’état énergétique d’un bâtiment. Elle est obligatoire pour les copropriétés et les appartements locatifs s’ils sont vendus ou loués. Nous expliquons quand un certificat énergétique pour les appartements doit être délivré, quelles informations il contient et combien coûte le document.

Les sujets en un coup d’œil :

  1. contenu et obligations

  2. Types de pass énergétiques

  3. Frais de carte d’identité

Le certificat énergétique atteste de la qualité énergétique d’un appartement ou d’un immeuble. Il doit être délivré par un consultant en énergie et se réfère toujours à une maison entière. Si les propriétaires d’un immeuble à usage mixte (zone résidentielle et non résidentielle) ont besoin d’un certificat énergétique pour un appartement, celui-ci ne concerne que la partie résidentielle de la maison. La loi sur l’énergie des bâtiments (GEG) réglemente la manière dont elle doit être créée, quand elle est nécessaire et quelles informations la carte d’identité contient.

Cette information est contenue dans le certificat de performance énergétique des appartements

Un certificat énergétique pour les copropriétés ou les appartements locatifs indique aux propriétaires, acheteurs et locataires la quantité d’énergie consommée par un bâtiment. Il contient les données les plus importantes sur la taille et le type de chauffage. La carte d’identité indique si des énergies renouvelables sont utilisées et fournit des informations sur les paramètres les plus importants pour la consommation d’énergie. Par exemple sur :

  • la demande/consommation d’énergie finale : Il indique la quantité d’énergie nécessaire pour chauffer le bâtiment. La valeur caractéristique tient compte de toutes les pertes d’énergie lors de la production et de la distribution de chaleur dans la maison.
  • la demande/consommation d’énergie primaire : Il indique la quantité d’énergie nécessaire pour extraire, traiter et se procurer les sources d’énergie nécessaires.

Les deux valeurs se rapportent à la surface chauffée du bâtiment et peuvent être spécifiées en kilowattheures par mètre carré. Alors que le besoin énergétique final permet de tirer des conclusions sur les coûts de chauffage, le besoin énergétique primaire représente l’impact environnemental d’un bâtiment.

Afin de faciliter la comparaison entre différentes maisons, le certificat énergétique de l’appartement fournit également des informations sur les classe d’efficacité énergétique. Les classes possibles vont de « A+ » à « H » et dépendent du besoin/de la consommation d’énergie finale.

Dans le cas d’une nouvelle location ou vente, l’exposition est obligatoire

Le certificat énergétique d’un appartement doit toujours être délivré lors de sa vente ou de sa location. Selon GEG, il doit déjà être remis lors d’une inspection ou disposé dans un endroit bien visible. S’il n’y a pas d’état des lieux, le certificat énergétique des appartements en copropriété ou en location doit être disponible pour la signature du contrat d’achat ou de location. Si l’acheteur ou le locataire demande la pièce d’identité plus tôt, le propriétaire doit la remettre immédiatement. Ceci s’applique également si le contrat d’achat ou de location n’a pas encore été signé.

Depuis le 1er mai 2014, les données les plus importantes d’un certificat énergétique doivent également figurer dans l’annonce immobilière. Cela implique essentiellement :

  • le type de certificat énergétique de l’appartement
  • la classe d’efficacité énergétique atteinte
  • l’année de construction du bâtiment en question
  • la demande ou la consommation d’énergie finale
  • les principales sources d’énergie pour le chauffage

Les certificats énergétiques sont généralement valables dix ans. Ils ne doivent être réédités que lorsque ce délai est expiré et que des maisons, des copropriétés ou des appartements en location sont à nouveau à vendre ou à louer. Si les propriétaires ne respectent pas l’exigence du certificat énergétique pour les appartements, ils s’exposent à des amendes pouvant aller jusqu’à 10 000 euros.

Exceptions : Dans ces cas, il n’y a aucune obligation de délivrer

Comme dans de nombreux domaines, il existe des exceptions à l’obligation d’avoir un certificat énergétique pour les appartements ou les maisons. Par exemple, le permis ne doit pas être délivré pour les petits bâtiments (surface utile inférieure à 50 mètres carrés) et les bâtiments sous la protection des monuments. Incidemment, la carte d’identité n’est pas nécessaire pour une maison sans chauffage. Dans un tel cas, le GEG ne s’applique pas.

Certificat de performance énergétique pour les appartements dans un immeuble collectif

© vu0001 – stock.adobe.com

Types de certificats énergétiques et leur signification

Si les exigences du GEG s’appliquent et qu’une carte d’identité doit être délivrée, deux types différents sont disponibles aujourd’hui. Il existe un certificat énergétique basé sur la consommation et basé sur les besoins pour les appartements et les maisons. Le tableau ci-dessous montre ce qui rend les deux différents.

certificat de consommation certificat d’exigence

création

Le certificat énergétique basé sur la consommation est créé sur la base de données de facturation réelles. Cela nécessite des données de consommation de trois années consécutives.

Les locataires doivent déclarer leur consommation si le propriétaire en a besoin pour l’exposition. Le certificat énergétique basé sur les besoins pour un appartement est basé sur un calcul individuel, dans lequel les conseillers en énergie tiennent compte des pertes et des gains de chaleur de l’ensemble du bâtiment.
signification Le résultat dépend fortement du comportement de l’utilisateur. Les données de consommation peuvent varier selon les résidents. Le résultat dépend d’un comportement standard de l’utilisateur. Les valeurs calculées sont souvent supérieures aux valeurs de consommation réelles.

devoir

Pour les immeubles résidentiels de plus de quatre logements et les petits immeubles, si :

• la demande d’urbanisme a été présentée après le 31 octobre 1977 ou

• les bâtiments satisfont aux exigences de l’ordonnance sur l’isolation thermique du 11 août 1977 (depuis l’achèvement de la construction ou à la suite d’une rénovation énergétique)

Pour les immeubles résidentiels de moins de cinq logements, si :

• la demande d’urbanisme a été introduite avant le 11/01/1977 et

• le bâtiment ne répond pas encore aux exigences de l’ordonnance sur l’isolation thermique du 11 août 1977

Alors que les propriétaires ne peuvent faire délivrer des certificats de consommation que sous certaines conditions, un certificat de besoin est toujours autorisé.

Le coût d’un certificat énergétique pour l’appartement

Si vous avez besoin d’un certificat énergétique pour un appartement individuel (propre appartement ou appartement loué), vous devez toujours le faire délivrer pour l’ensemble du bâtiment ou la partie habitée du bâtiment. Les coûts dépendent du type de carte d’identité et de la taille du bâtiment. Les prix ne sont pas fixés par la loi et sont à peu près les suivants pour les immeubles à appartements :

  • 250 à 350 euros plus 25 à 50 euros par appartement pour une attestation de besoin
  • 150 à 300 euros pour une attestation de consommation plus simple

Le coût est à la charge du propriétaire de l’immeuble. Dans le cas d’un certificat énergétique pour une copropriété, les dépenses engagées sont réparties à parts égales entre la communauté des propriétaires. Une fois qu’un certificat énergétique a été créé, il est alors valable pour tous les appartements. Ceci s’applique également s’ils sont chacun chauffés avec leur propre chauffage au sol au gaz.

Lire aussi  Radiateurs muraux : types, performances et coût