share on:
4.1/5 - (25 votes)

Avec le paquet climat, la Confédération a également fixé fin 2019 un prix du CO2. Il s’agit d’un prélèvement sur les matières premières fossiles utilisées dans les secteurs des transports et du bâtiment. La redevance, souvent connue sous le nom de taxe sur le CO2, est due par les négociants en matières premières depuis le début de 2021. Les consommateurs supportent la taxe sur le CO2, initialement fixée à 25 euros par tonne sur les prix du gaz, du mazout, de l’essence et du diesel. La base juridique est régie par la loi sur le commerce des émissions de carburant (BEHG), qui a été spécialement promulguée à cette fin.

Les sujets en un coup d’œil :

  1. Objectifs de la taxe CO2

  2. Prix ​​et effets

  3. soulagement pour les citoyens

La taxe sur le CO2 vise à réduire la consommation de matières premières fossiles et contribue ainsi de manière significative à la réduction des émissions de CO2 en Allemagne. Cela est nécessaire pour pouvoir encore atteindre les objectifs climatiques convenus avec l’UE pour 2030. Celles-ci prévoient une réduction de 40 % des émissions par rapport à l’année de référence 1990. Si l’Allemagne n’atteint pas cet objectif, il y a un risque de pénalités élevées. De plus, l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone contribue au réchauffement climatique. Les conséquences du changement climatique : élévation du niveau de la mer, sécheresses persistantes et tempêtes de plus en plus violentes – pour n’en citer que quelques-unes.

Les négociants en matières premières répercutent la redevance sur les consommateurs finaux

La taxe sur le CO2 doit initialement être payée par les négociants en matières premières. Ils achètent des certificats pour la quantité de dioxyde de carbone que les sources d’énergie qu’ils vendent émettent dans l’environnement lorsqu’ils sont utilisés. Cela est possible via un système national d’échange de droits d’émission qui sera basé sur des enchères une fois qu’il aura été introduit. L’évolution de la taxe sur le CO2 dépend ensuite du nombre de certificats délivrés et du niveau de consommation d’énergies fossiles en Allemagne.

Le Fuel Emissions Trading Act (BEHG) réglemente les bases

Avec la loi sur l’échange de certificats nationaux pour les émissions de carburant (en abrégé : Fuel Emissions Trading Act ou BEHG), l’État fixe la base de la redevance. Par conséquent, tous ceux qui mettent sur le marché de l’essence, du diesel, du mazout, du gaz naturel ou du gaz liquéfié d’origine fossile sont concernés. Vous devez acheter des certificats pour les émissions associées, mais vous pouvez ensuite répercuter les coûts sur le consommateur final. Puisqu’il est censé mettre en œuvre des mesures d’économie d’énergie, cela est également particulièrement important du point de vue du gouvernement.

Lire aussi  Villa 15 de Luxe : Une Odyssée Architecturale pour Hôtes Prestigieux

Vous trouverez de plus amples informations dans la loi sur l’échange de quotas d’émission de carburant (pdf, HTML).

La taxe sur le CO2 réduit les émissions de CO2

© bluedesign – stock.adobe.com

Des coûts de matières premières plus élevés incitent à économiser

Les négociants en matières premières ajoutent les coûts aux prix du gaz naturel, du gaz liquide, du mazout, de l’essence et du diesel comme une sorte de taxe sur le CO2. En fin de compte, tous les consommateurs supportent les coûts encourus, qu’ils soient locataires, propriétaires d’appartement ou de maison. Et c’est le plan : parce que plus l’énergie est chère, plus les consommateurs en sont conscients. Entre autres, le prix du CO2 devrait créer de nouvelles incitations à la rénovation. Parce que si les coûts de chauffage augmentent, le remplacement du système de chauffage ou la réalisation d’une rénovation globale économe en énergie auront plus de sens à l’avenir. Les citoyens laissent plus souvent leur voiture à la maison et consomment globalement moins de matières premières fossiles. Cela protège non seulement votre portefeuille, mais aussi l’environnement et le climat.

Montant du prix du CO2 : 30 euros la tonne

Pour l’année 2021, date d’introduction de la taxe sur le CO2, le BEHG fixe un prix de 25 euros par tonne de CO2. Actuellement en 2022 le prix est de 30 euros la tonne. D’ici 2025, le montant augmentera ensuite progressivement jusqu’à 55 euros la tonne avant que le prix ne soit finalement formé par le biais d’enchères. L’ajustement a lieu le 1er janvier de chaque année. Pour l’année 2026, le BEHG précise dans un premier temps un corridor de prix de 55 à 65 euros la tonne. Le prix réel du carbone dépend des économies réalisées dans le pays. À partir de 2027, le gouvernement ajustera les limites inférieure et supérieure des prix du CO2 aux émissions de CO2 en Allemagne. Si cela ne tombe pas comme prévu, on peut s’attendre à des impôts plus élevés.

Les frais de chauffage vont augmenter

Il est clair que les coûts de chauffage augmenteront sensiblement en raison du prix du CO2. Du moins lorsque la consommation de matières premières fossiles est élevée. Le tableau suivant donne un aperçu des surcoûts possibles pour le chauffage au gaz (gaz naturel = 202 grammes de CO2 par kilowattheure (gCO2/kWh) ; source : BAFA).

An Prix ​​du CO2 (prévu) consommation d’énergie
à partir de 20 000 kWh
consommation d’énergie
à partir de 15 000 kWh
consommation d’énergie
à partir de 10 000 kWh
2021 25 € la tonne 100 € par an 75 € par an 50 € par an
2022 30 € la tonne 120 € par an 90 € par an 60 € par an
2023 35 € la tonne 140 € par an 105 € par an 79 € par an
2024 45 € la tonne 180 € par an 135 € par an 90 € par an
2025 55 € la tonne 220 € par an 165 € par an 110 € par an
Lire aussi  Changer le thermostat en quelques étapes

(Source des prix du CO2 attendus : tagesschau.de ; propre calcul ; résultats arrondis)

Quiconque chauffe au gaz un bâtiment ancien typique et consomme environ 20 000 kilowattheures d’énergie par an doit donc s’attendre à des coûts supplémentaires d’environ 220 euros par an d’ici 2025. Et c’est uniquement à cause de la taxe sur le CO2. Dans les maisons particulièrement petites ou économes en énergie, les propriétaires devront dépenser environ 70 à 110 euros de plus en 2025.

Il est important de savoir que le mazout a un facteur d’émission nettement plus élevé d’environ 270 gCO2/kWh. Les coûts supplémentaires ont ici plus de poids. Contrairement au biogaz. Cela a une valeur d’émission d’environ 150 gCO2/kWh et entraîne ainsi des coûts supplémentaires réduits. Quiconque se chauffe avec des combustibles régénératifs tels que le bois ou les granulés, en revanche, peut éviter la taxe sur le CO2.

Des mesures simples contre les taxes excessives sur le CO2

La mesure dans laquelle le prix du CO2 affecte un ménage dépend principalement de la consommation d’énergie individuelle. Si vous souhaitez limiter les surcoûts, vous devez faire des économies d’énergie ou basculer votre chauffage (au moins partiellement) vers les énergies renouvelables. Pour ces derniers, il existe actuellement des subventions allant jusqu’à 45%, comme nous le rapportons dans l’article sur les subventions au chauffage. L’aperçu suivant montre des mesures simples qui peuvent être utilisées pour réduire les effets de la taxe assimilable à une taxe sur le CO2 :

  • Une bonne aération au lieu d’une position inclinée
  • régler la température ambiante optimale
  • Ne réglez pas les radiateurs dans la pièce
  • isoler les tuyaux de chauffage exposés
  • faire entretenir le chauffage régulièrement

Les revenus devraient soulager les citoyens

Avec le nouveau prix du CO2, l’État gagnera beaucoup d’argent à l’avenir. Mais qu’est-ce qui est réellement censé se passer avec ça? Selon le gouvernement, les fonds sont destinés à aider à alléger le fardeau des citoyens, de l’économie, de l’environnement et du climat. La surtaxe EEG a été réduite à zéro centime par kilowattheure le 1er juillet 2022 et sera complètement supprimée en 2023. Cela réduit la charge pesant sur les ménages en raison de l’augmentation des prix de l’énergie et de l’électricité. Quiconque se déplace beaucoup en voiture pour se rendre au travail bénéficie également d’une indemnité de déplacement plus élevée. Le reste des revenus est destiné à soulager les ménages modestes et à financer des mesures d’économie de CO2. Une partie de la taxe sur le CO2 est versée dans la prime de change élevée pour les systèmes de chauffage au mazout et les programmes de financement pour la rénovation énergétique.