share on:

Dans le but de protéger l’environnement, le législateur a augmenté les exigences pour les systèmes de combustion des combustibles solides. De nombreux propriétaires sont maintenant incertains et demandent : « Combien de temps encore puis-je utiliser mon poêle ? ». Dans le post suivant, nous répondons à cette question. Nous fournissons des informations sur les exigences de la loi fédérale sur le contrôle des immissions, les délais, les exceptions et les options pour les anciennes cheminées.

Les sujets en un coup d’œil :

  1. Exigences du BImSchV

  2. limites et délais

  3. Options pour les anciens poêles

  4. Exceptions à la règle

  5. Spécifications pour les nouvelles cheminées

La première ordonnance pour la mise en œuvre de la loi fédérale sur le contrôle des immissions (BImSchV) est également appelée ordonnance sur les petites et moyennes installations de combustion. Il réglemente le fonctionnement des systèmes de chauffage dans la maison. Il s’agit entre autres des limites de polluants et des carburants autorisés.

Exigences plus élevées pour les valeurs de CO et de particules

Avec une modification de l’ordonnance en 2010, le législateur a fixé des exigences plus élevées pour les systèmes de combustion de combustibles solides. Celles-ci concernent à la fois les systèmes de chauffage central et individuel. Les valeurs limites inférieures sont devenues actives en deux étapes. Le dernier le 01/01/2015. Elle stipule qu’une nouvelle cheminée doit respecter les valeurs suivantes :

  • Monoxyde de carbone : 1,25 gramme par mètre cube de gaz d’échappement
  • Particules : 0,04 gramme par mètre cube de gaz d’échappement
  • Efficacité : 73 %

Mais les anciennes cheminées et radiateurs sont également concernés, si bien que de nombreux propriétaires se demandent : « Combien de temps puis-je continuer à utiliser ma cheminée ? ».

Combien de temps puis-je utiliser mon poêle ?

© Lifemorning / Shutterstock.com

Le respect des valeurs limites et l’année de construction sont déterminants

L’article 26 du BImSchV précise la durée de fonctionnement d’un poêle. Parce que cela réglemente les périodes de transition pour les systèmes de combustion individuels qui fonctionnent avec des combustibles solides. Si ceux-ci ont été installés et mis en service avant le 22 mars 2010, ils doivent respecter les valeurs limites suivantes :

  • Monoxyde de carbone : 4 grammes par mètre cube de gaz d’échappement
  • Particules : 0,15 gramme par mètre cube de gaz d’échappement

Cela peut être prouvé par le certificat du fabricant ou une mesure individuelle. Les propriétaires peuvent louer ce dernier pour 150 à 300 euros auprès d’un ramoneur de leur région.

Les exigences s’appliquent progressivement en fonction de l’âge de l’appareil de chauffage

Quiconque possède un vieil appareil de chauffage se demande désormais « Combien de temps puis-je continuer à faire fonctionner mon poêle ? ». Le premier BImSchV donne également la réponse à cette question au paragraphe 26. Cela dépend de l’âge sur la plaque signalétique. En conséquence, le délai de mise à niveau ou de mise hors service des poêles est aux dates suivantes :

  • du 31 décembre 1974 au 31 décembre 2014
  • du 01 janvier 1975 au 31 décembre 2017
  • du 01 janvier 1985 au 31 décembre 2020
  • du 01 janvier 1995 au 21 mars 2010 au 31 décembre 2024

Ainsi, si vous possédez une cheminée ou un poêle en faïence depuis 1990, vous ne pourrez plus simplement le faire fonctionner à partir de 2021. Les radiateurs installés depuis 1995, en revanche, ne seront pas concernés avant 2024. Cependant, il n’y a aucun besoin fondamental d’agir. S’il peut être prouvé que le poêle ne dépasse pas les valeurs limites, il peut continuer à fonctionner.

un avis: Si l’âge ne peut être déterminé, les exigences accrues sont en vigueur depuis le 31 décembre 2014.

Que se passe-t-il si le foyer ne respecte pas les valeurs limites ?

un avis

Si les propriétaires ne respectent pas leurs obligations, les autorités peuvent imposer des amendes pouvant aller jusqu’à 50 000 euros.

Si les anciennes cheminées ne respectent pas les valeurs limites, elles doivent généralement être mises hors service. Alternativement, les consommateurs peuvent également faire installer un filtre à poussière fine dans la cheminée. Les dispositifs actifs qui atteignent un degré de séparation particulièrement élevé coûtent environ 1 000 à 1 500 euros. Les filtres passifs à poussières fines, en revanche, sont déjà disponibles pour environ 300 euros. Ceux-ci reposent généralement sur la catalyse oxydative, dans laquelle les composants individuels des gaz d’échappement sont convertis en composants moins nocifs. L’inconvénient est que les propriétaires doivent remplacer régulièrement les cartouches filtrantes. Dans les deux cas, une nouvelle inspection de la cheminée par le ramoneur est obligatoire.

Exceptions : tous les anciens systèmes de chauffage au bois ne sont pas concernés

Toutes les cheminées ne sont pas concernées par les exigences du BImSchV. Il existe des exceptions pour les appareils de chauffage individuels qui sont seuls responsables de l’apport de chaleur dans un bâtiment ou dans un appartement. De même pour:

  • Fours à pièce unique construits avant 1950
  • Cheminées à foyer ouvert
  • poêles de base
  • Cuisinières et fours non commerciaux d’une puissance nominale inférieure à 15 kW

Si vous utilisez l’un de ces appareils et que vous vous demandez : « Combien de temps encore puis-je utiliser mon poêle ? », vous avez de la chance. Parce que tous peuvent continuer à utiliser leurs radiateurs sans restriction. La seule exception concerne les cheminées à foyer ouvert, qui ne peuvent être allumées qu’occasionnellement en raison des émissions élevées.

Nouvelles spécifications pour les cheminées

Si vous ne souhaitez pas éteindre l’ancienne cheminée ou l’équiper d’un filtre et souhaitez plutôt installer un nouveau poêle, vous devez respecter d’autres spécifications. Parce que le Conseil fédéral a approuvé le 17 septembre 2021 une modification du premier BImSchV. Cela concerne les nouveaux systèmes de chauffage pour combustibles solides dont la puissance thermique nominale est inférieure à un mégawatt. À l’avenir, les propriétaires doivent s’assurer que la cheminée est au moins 40 centimètres plus haute que le faîte du toit. L’objectif de la nouvelle exigence est d’empêcher l’accumulation de polluants atmosphériques. Ceux-ci s’accumulent près du sol dans les zones densément peuplées lorsque le débit d’air est insuffisant.

Lire aussi  Entreprise de chauffage : la modernisation commence par le prestataire de services